Villages du Sundgau.
et villages frontaliers suisses.

Ueberstrass (paroisse de Friesen).

Au 19ème siècle un incendie a ravagé plusieurs maisons et les deux dernières guerres mondiales ont elles aussi détruit quelques habitations, mais le village possède encore de très nombreuses maisons à colombages qui donnent un aspect si typique aux villages alsaciens.

     

Les anciens noms de famille à Ueberstrass.

En 1662 EGGENSCHWILLER (ou ENTGENSCHWILLER), LIEUW, LOHEMAN

De 1698 à 1710 CLOR (ou CLAR), EGGENSCHWILLER (ou EGGENSCHWEILLER), ERHARD (ou ERHARDT), ECKERT (ou EGGERT), HUSLIN (ou HEUSLIN ou HUSLEN), KEMPF, KELLER (ou KOLLER ou KOHLER), LIEUW (ou LIEW), LOEHEMAN, SCHILD, WADEL

Ceux qui existent toujours à Ueberstrass au 20ème siècle : ECKENSCHWILLER, ERHARD, HISLEN, LEY, WADEL.

Les artisans. Très peu de traces écrites les concernant avant 1800, ensuite on trouve, tisserands, cordonniers, tailleurs, meuniers, maréchal-ferrant... Jean Eckenschwiller (1779-1804) maître menuisier à Ueberstrass est le premier menuisier connu dans la famille Eckenschwiller, il sera suivi d'Ernest (1903-1956) puis de François, qui créé son entreprise en 1955, celle-ci est aujourd'hui dirigée par son fils Patrick.

Ueberstrass c'est aussi le pèlerinage de Notre Dame du Grünenwald, la chapelle détruite pendant la première guerre, a été reconstruite après 1918.Grunenw2.GIF (112883 octets)

François Pierre Eckenschwiller, après un avoir exploité une ferme à Beurnevésin jusqu'en 1895, revint à Ueberstrass en faisant traverser la frontière à son bétail en pleine nuit. Entre 1900 et 1914 il tenait un café près de la chapelle du Grünenwald. Lors de la première guerre mondiale la famille dut se réfugier à Ste Marie (Doubs). Après la guerre cette famille  s'installa à Baldersheim.

Beurnevésin.
En 1875 Catherine Eckenschwiller épouse Louis Philibert QUAIN à Beurnevésin, ils auront cinq enfants avant d'émigrer en Argentine vers 1895. Leurs descendants sont établis au nord de la province de Santa Fe.